MICRO LOGE - Culottes Courtes - Toï Toï Le Zinc

MICRO LOGE – Culottes Courtes

Publié le Salle de spectacle

A l’occasion de leur passage à Toï Toï samedi 25 juin 2016, nous avons eu le plaisir de rencontrer en amont les musiciens du groupe CULOTTES COURTES, afin de leur poser quelques questions. Avec Nicolas (chant), Pierrick (batterie), Anthony (synthé), Guillaume (guitare).

Comment a débuté le projet CULOTTES COURTES ?

Nicolas : Il a débuté en 2013. Au début, c’était Guillaume et moi, puis on a trouvé un copain batteur partant pour l’aventure. Quand on a rencontré Pierrick, on s’est dit… allez on le fait ! Donc on est parti sur scène et 10 jours après on faisait le Ninkasi donc c’était cool.

Ninkasi Kafé ?

Pierrick : Ouais, on a fait le Kafé, et 18 jours après on a fait le Ninkasi Gerland Kao.
Nicolas : Et voilà ça a commencé comme ça, après on a fait des concerts, des EP’s et l’année dernière on est parti en tournée avec SEGFAULT pendant 3 mois, un peu plus même. Et du coup à la suite de ça on a écrit un disque et Antho qui faisait partit de SEGFAULT nous a rejoint au synthé.

C’était quoi les EP ?

Nicolas : Le premier était très punk, et le second était assez indé, un deux titres qui s’appelait Homme sans rêve. Et puis Mantra, c’est un peu plus… délire quoi. Ca part un peu dans tous les sens.

Vous avez eu des bons retours sur ce disque ?

Nicolas : Ca va, couverture de presse sympa pour l’instant.

Pourquoi ce nom ?

Pierrick : Il va vraiment falloir qu’on trouve un truc…
Nicolas : A la base ça vient d’une chanson à la con écrite dans une soirée entre potes. Et dès qu’on a porté le projet sur scène, il a fallu trouver un nom… donc, voilà.

Depuis votre premier passage à Toï Toï le Zinc, en 2014, qu’est ce qui a changé pour vous ?

Nicolas : Pas mal de truc au final.

Le disque ?

Nicolas : Ouais le disque. Bouger pas mal ailleurs aussi, on a fait des scènes dans pleins d’endroits différents.

Vous avez mûri, votre groupe a pris de l’ampleur.

Nicolas : Ouais et puis tu vois on est monté très vite sur scène, et maintenant on passe plus de temps dans l’écriture.

Comment situez-vous votre disque, plus réfléchi ?

Nicolas : Plus réfléchi ouais.
Pierrick : Dans un style différent, plus mûr.
Nicolas : Plus assumé aussi, sans faux semblant, sans masque sans déguisement. Au début on avait des costumes un peu punk et là du coup c’est plus le propos.

Est-ce que vous avez d’autres projets en cours ?

Nicolas : Oui, en fait Antho et Pierro sont dans SEGFAULT , avec Guiz et Ben. Guiz et moi on a un projet aussi, ouais sa gravite pas mal.
Colin : On est tous une petite famille.
Pierrick : On a le même âge, nos groupes on les même âge, enfin c’est la même équipe tout le temps.

Et y a des préférences, pour un groupe particulier ? Vous êtes plus engagé dans un plutôt qu’un autre ?

Nicolas : Non…
Pierrick : C’est des projets complètement différents, donc c’est pour ça y a pas de préférence. Vu qu’on a grandi ensemble on s’y retrouve.

Quel est votre rapport à la musique classique ?

Nicolas : La formation.

Vous avez fait quoi comme formation ?

Antho : Musique classique, et jazz après.
Pierrick : Moi j’ai fait une école de batteries, là où maintenant je donne des cours. Une formation pro sur 3 ans, pour être batteur pro.
Nicolas : Moi j’ai pris des cours de musique puis de chant et Guiz il a prit des cours de guitare.

Et vos influences graphiques ?

Nicolas : Alors le site internet c’est benjamin qui l’a fait !
Pierrick : Après au niveau de la pochette elle a été faites par Rashelle Manian, une copine qu’on a rencontré pendant la tournée à Bruxelles. On a fait écouter les titres à pas mal de monde (des dessinateurs, des peintres, des graphistes) donné carte blanche en fait. Donc on a eu plusieurs propositions et c’est celle-là qui a été retenue.

Pourquoi est-ce que vous chantez en français ?

Nicolas : Pour plein de raisons. Parce qu’on serait complètement ridicule déjà en anglais, et puis tu grandis en France et t’apprends à parler en français, toutes tes émotions elles sont guidées par ton langage, du coup si tu veux toucher au plus près de la vérité, tu chantes dans ta langue maternelle. Et puis c’est quand même un truc qui à la trappe en ce moment, y en a certains qui continu à porter le flambeau. Par exemple Damien Saez, qui fait des trucs cool. Mais globalement dans les prod indé c’est des textes de merde, super convenu, super admit’.

Qui écrit les paroles ?

Nicolas : Moi.

C’est quoi vos prochaines dates ?

Nicolas : Le Toï Toï le 25 juin et Monjoux festival le 15 juillet.

CULOTTES COURTES à retrouver sur FB >

Du son à écouter >

MICRO LOGE - Culottes Courtes - Toï Toï Le Zinc